Nouvelles

Chef du Conseil de la Presse : Il n'y a pas eu de journaliste nommé Rahim Namazov

18:07 30-03-2018

Chef du Conseil de la Presse : Il n'y a pas eu de journaliste nommé Rahim Namazov
« Certains médias locaux ont rapporté qu'un individu nommé Rahim Namazov, connu sous le nom de Rahim Chakinski et avait été blessé par balles en France, aurait été journaliste. C'est une erreur très grave, bien sûr, s'il y a une telle information », a déclaré Aflatun Amashov, chef du Conseil de la Presse d'Azerbaïdjan.

« En tant que chef du Conseil de la Presse d'Azerbaïdjan et une personne qui travaille dans le domaine des médias depuis longtemps, je peux dire qu'il n'y a pas eu de journaliste nommé Rahim Namazov.  

 

En tant que chef du Conseil de la Presse d'Azerbaïdjan et d'une personne qui travaille dans le domaine des médias depuis longtemps, je déclare qu'il n'y a pas de journaliste nommé Rahim Namazov. Il y a des dizaines de personnes qui reçoivent une identité de journaliste de diverses manières afin d'obtenir un permis de séjour à l'étranger. Rahim Namazov est probablement l'un d'entre eux. Par conséquent, il est presque impossible que cet homme soit attaqué en France à cause de son activité journalistique. Si la cause de l'incident est examinée dans différents contextes, il est possible d'arriver à une conclusion plus objective », a mentionné le chef du Conseil.

 

Aflatun Amashov a appelé les médias locaux, en particulier les ressources d'information sur Internet, à faire attention à ces questions.

 

Rappelons qu’un homme a ouvert le feu sur un couple en voiture. A l'intérieur se trouvaient Rahim Namazov (Chakinski), un homme azerbaïdjanais vivant en France, et son épouse. Cette dernière est décédée, lui se trouve dans un état grave, rapporte l’APA citant l’agence de presse francebleu. Son épouse a succombé d'une balle dans la tête, lui est hospitalisé dans un état grave, touché au dos, son pronostic vital est engagé. Le couple habite dans une résidence de Colomiers, et a des enfants qui n'étaient pas présents au moment des faits. La police judiciaire est en charge de l'enquête.



© APA 2018